Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Quoi Ce Blog ?

  • : Sanahultivers
  • Sanahultivers
  • : Les infos sur mon activité d'écrivain, ma façon de bosser (pas forcément un exemple à suivre), les trucs qui m'énervent, ceux qui me font plaisir, mes humeurs etc.
  • Contact

'tain, C'est Où ?

Me contacter ?

Facile : il vous suffit de remplacer l'onomatopée aléatoire par le bon signe typographique :

sanahujas19(splotch !)yahoo.fr

Archives

Twitter

Pour suivre mon actu via twitter, c'est ici que ça se passe.

29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 18:19

Message d'avertissement : ce post de blog va traiter d'écriture, certes, mais également des choses fascinantes (ou pas) que l'on peut trouver dans les toilettes d'un écrivain.

 

Vous êtes prévenus, et vous avez donc encore tout loisir d'arrêter ici la lecture de ce billet.

 

Non ?

 

Vous êtes sûrs ?

 

Bon, eh bien allons-y.

 

J'adore les bibliothèques, j'en construit partout quand je débarque quelque part, et j'ai toujours rêvé d'en posséder un minimum dans mes toilettes. Malheureusement, aucun des 4 ou 5 appartements qui m'ont vu passer durant les dix dernières années n'était véritablement adapté pour cela. Mais c'est désormais chose faite et, durant ces deux dernières années, j'y ai amassé pas mal de petites choses amusantes (ou pas), utiles (ou pas) et divertissantes (ou pas). De la poésie, car la forme courte est bien pratique (dont les poèmes antiques et barbares de Leconte de Lisle), un prix littéraire (c'est bien là qu'on met ces trucs, non ?), un vieux OSS 117, un guide des vins, quelque Howard évidemment, les versions poches de mes bouquins (pour mes nombreux invités qui ne les ont jamais lus), des magazines ou fascicules dont pas mal de Black Mamba (dont les nombreuses et courtes BD ravissent mes amis), des bouquins d'énigmes (que je devrais peut-être enlever car les gens croient que j'aime ça et m'en offrent d'autres...) et tout un tas de petits bouquins sur l'écriture (dont "Introduction à l'étude de la stratégie littéraire", un bouquin férocement drôle qui, bien qu'il date de 1912, n'a pas pris une ride).

 

Enfin bref, l'autre jour je suis tombé en farfouillant là-dedans sur "Mes dix règles d'écriture" d'Elmore Leonard. Mais si, vous le connaissez :  c'est ce mec là. Je crois que c'est un pote qui m'avait filé ce truc, une éditions hors commerce de chez Rivages/Noir. Dans ce petit bouquin rigolo, Elmore Leonard énonce donc 10 règles d'écriture, agrémentées de dessins humoristiques, qu'il explicite sur le mode de la blague et de l'auto-dérision. Ces commentaires n'apportant pas grand chose aux règles en elles-mêmes, je vous les offre telles quelles, et vous gratifie au passage de remarques aussi personnelles que sibyllines sur leur teneur.

 

 

* Règle n°1 :

 

"Ne commencez jamais un livre en parlant de la météo."

 

Admettons : ça se défend.

 

 

* Règle n°2 :

 

"Évitez les prologues."

 

OUI ! Et surtout, de grâce, dans des bouquins de fantasy. Le coup des 50 pages pour expliquer le monde avant de se lancer dans l'histoire... au secours !

 

 

* Règle n°3 :

 

"N'utilisez jamais d'autre verbe que "dire" pour accompagner les dialogues."

 

Pas d'accord avec le "jamais". Je dirais pour ma part : "N'ayez pas honte d'utiliser le verbe "dire" pour accompagner les dialogues, même s'il apparaît souvent" ou, éventuellement, "Évitez que vos personnages ne "vitupèrent" plus d'une fois dans un même roman."

 

 

* Règle n°4 :

 

"N'utilisez jamais d'adverbe pour modifier le sens du verbe "dire"."

 

Non (si vous respectez la règle n°3), oui (si vous utilisez ma variante de la dite règle)...

 

 

* Règle n°5 :

 

"Tenez la bride à vos points d'exclamations."

 

Grave oui.

Dans je ne sais plus quel bouquin, Pratchett émettait une théorie comme quoi plus le nombre de points d'exclamations était élevé, plus le personnage qui les utilisait se rapprochait de la démence...

 

 

* Règle n°6 :

 

"N'utilisez jamais de tournure telles que "soudain" ou "l'enfer se déchaîna"."

 

Ben ouais, mais c'est dur, parfois.

 

 

* Règle n°7 :

 

"N'utilisez les dialectes régionaux et autres patois qu'avec parcimonie."

 

Certes... sauf si le thème du roman le justifie !

 

 

* Règle n°8 :

 

"Évitez les descriptions détaillées des personnages."

 

Oui.

(désolé mais je n'ai rien à ajouter)

 

 

 * Règle n°9 :

 

"Évitez de décrire par le menu les lieux et les objets."

 

Oui.

(comme au-dessus, c'est le terme évitez qui est important)

 

 

* Règle n°10 :

 

"Essayez de supprimer les passages que le lecteur a tendance à sauter."

 

...

(c'est ma préférée)

 

 

Et vous, vous en pensez quoi ? D'accord, pas d'accord ?

 

PS : le bouquin dont je vous parle est juste à droite du poisson de Hieronymus Bosch.

 

 

Chiottes.jpg

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans La parole aux maîtres
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 15:54

Aujourd'hui je suis tombé sur un article dans lequel l'auteure américaine de fantasy Kristin Cashore parle de sa façon d'aborder l'écriture. C'est très général mais au détour de ce texte se dissimulent quelques petites informations intéressantes. En outre, il semble que nous partagions pas mal de points communs, notamment sur l'écriture au stylo et le fait que ses personnages puissent parfois lui échapper et modifier d'eux-mêmes la trame du roman. Par contre elle a l'air bien parano, point qui nous différencie complètement.

 

Tout l'article est disponible ici.

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans La parole aux maîtres
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 09:22

claude-2-2-2Il y a peu, je relayais ici les conseils d'écriture de l'écrivain Claude Ecken.

ActuSF vient de mettre en ligne une quatrième partie de cette initiative, un ajout que j'ai cette fois lu jusqu'au bout sans (presque) sauter de passages.

Dans la première moitié de son texte, Claude Ecken évoque l'art de dissimuler les informations dans un roman pour, en les dévoilant avec une judicieuse parcimonie, réussir à captiver et tant que faire se peu surprendre le lecteur. Le tout est agrémenté d'exemples reprenant des grands noms de la littérature de Science-Fiction ou de Fantastique (d'Edgar Allan Poe à Iain M. Banks).

Dans la seconde, il aborde le sujet du plan, ses avantages et désavantages, la manière qu'il aura d'influer sur la rédaction proprement dite etc.

Le tout m'a paru cette fois beaucoup plus intéressant et structuré, à suivre donc (AMHA comme on dit).

L'article en question.

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans La parole aux maîtres
commenter cet article
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 14:45
Avez-vous déjà entendu parler d'ActuSF ? Si vous vous intéressez un tant soit peu au milieu de la SFFF en France, vous devez certainement les connaître : ils sont partout. Bref, depuis quelques temps, ils ont fait appel à l'écrivain Claude Ecken pour qu'il publie sur leur site ses conseils à l'attention des écrivains en devenir.

L'un des buts de ce blog étant justement d'évoquer la manière d'aborder l'écriture, je me permets de mettre ici des liens vers les trois premiers articles de cette initiative :

Dans le premier, Ecken attaque d'emblée la question du synopsis :

http://www.actusf.com/spip/article-8231.html

Dans le second, il nous parle du scénario et de son rythme :

http://www.actusf.com/spip/article-8484.html

Enfin, dans le dernier article publié à ce jour, l'auteur poursuit sur le scénario en évoquant son exposition progressive :

http://www.actusf.com/spip/article-8611.html

Je dois vous avouer un truc : je n'ai pas lu jusqu'au bout chacun de ces articles, malgré tout mon intérêt pour la démarche. La première raison réside dans la longueur des textes sus-cités, toujours difficiles pour moi à lire sur un écran d'ordi. Enfin, j'y ai trouvé pas mal d'effets de style, plutôt sympas d'ailleurs, mais qui ont eu pour conséquence de noyer mon intérêt. Un côté plus scolaire et plus court m'aurait certainement emmené jusqu'au bout de ces textes. Ceci dit : je les lirai certainement un jour, et les conseils de ce genre demeurent trop rares sur la toile pour m'empêcher d'en louer l'initiative. Les auteurs en herbe qui traînent par ici, et que j'encourage vivement à multiplier les sources de ce genre afin de réussir à déterminer les techniques d'écriture qui leur correspondent, y trouveront forcément un intérêt certain.

Sur ce, bonnes fêtes de fin d'année !
Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans La parole aux maîtres
commenter cet article
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 15:53
Je ne peux résister à communiquer ce lien que m'a transmis l'ami Lucas Moreno d'Utopod (entre autres). Du coup, il me faut ouvrir encore une nouvelle catégorie. J'espère qu'on ne s'y perdra pas trop mais, en même temps, le fait de transmettre les conseils des pros me paraît trouver judicieusement sa place ici.

Lorsque je lis les conseils d'écriture des auteurs "professionnels", je trouve que cela relève souvent du foutage de gueule (évasif, tournant autour de la question sans y répondre, blablatisant au possible etc.). C'est comme s'ils rechignaient à livrer leurs techniques, de peur qu'ainsi armée une foule d'auteurs en herbe ne les surpassent... La technique ne fait pas tout, ça serait trop facile ; et on n'a jamais vu un peintre cherchant à dissimuler ses techniques mais bon.

Dans le lien que je vous propose donc, Neil Gaiman évoque avec brio l'enfer de la rédaction lorsque celle-ci parvient peu ou prou au milieu du roman, ce moment particulier où l'euphorie du début s'estompe, où l'excitation de la fin approchante n'est pas encore apparue, cet instant où on se demande parfois si le texte ne nous échappe pas, si on ne va pas s'y noyer. Alors, certes, Neil Gaiman ne vous apprendra pas ici comment devenir un auteur à succès, mais au moins, si vous vous trouvez dans ce cas précis, le fait d'apprendre que cela arrive à tout le monde, même aux meilleurs, devrait vous permettre de ne pas perdre espoir.

Bref, c'est ici et c'est en anglais. Je l'aurais bien traduit mais cela aurait demandé un temps dont je ne dispose malheureusement pas...
Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans La parole aux maîtres
commenter cet article