Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Quoi Ce Blog ?

  • : Sanahultivers
  • Sanahultivers
  • : Les infos sur mon activité d'écrivain, ma façon de bosser (pas forcément un exemple à suivre), les trucs qui m'énervent, ceux qui me font plaisir, mes humeurs etc.
  • Contact

'tain, C'est Où ?

Me contacter ?

Facile : il vous suffit de remplacer l'onomatopée aléatoire par le bon signe typographique :

sanahujas19(splotch !)yahoo.fr

Archives

Twitter

Pour suivre mon actu via twitter, c'est ici que ça se passe.

25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 10:53

Hello, hello !

 

Quelques critiques et entretiens en rapport avec le nouveau né : Rancoeur, dernier tome des Chroniques de Karn :

 

* Une belle critique chez Mythologica.

 

* Une autre chez Book en stock (qui me consacrera également son mois de novembre, réponses aux questions les plus farfelues/décallées/professionnelles ou pas sur leur blog, sans parler d'un texte cadeau avec de l'auto-dérision dedans, affaire à suivre au même endroit...).

 

* Une interview chez Mythologica encore.

 

* Et un bel article dans l'inénarrable Union.

 

Et puis, dans un autre genre, je viens de tomber par hasard sur une fort sympathique chronique du Marchand de réalités, mon recueil de nouvelles paru en numérique chez ActuSF, merci à Lhisbei !

 

Et joyeuses Pâques à vous !

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans News
commenter cet article
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 07:24

Couverture-seule.jpg"Rancoeur"

 

Black Coat Press - Rivière Blanche

Septembre 2014

Moyen format - 312 pages

Couverture de YoZ

20€

 

"Rancoeur" est le troisième volet des Chroniques de Karn, qu'il complète avec "Nereliath" et "Seuls les Dieux". Comme pour ces deux romans et les nouvelles qui les accompagnent, j'ai conçu ce texte afin qu'il puisse être lu indépendemment du reste. La différence réside cette fois dans le fait que "Rancoeur" clôt le cycle, de par son final et parce que je ne compte pas réécrire de fantasy pour l'instant.

 

Comme d'habitude dans les Chroniques de Karn, le roman est complété par deux nouvelles : "Le sens du sacrifice", une histoire qui se déroule quelques années avant le roman en lui-même, et "Une surprise de (petite) taille", une nouvelle où Karn n'est qu'évoqué, qui était déjà parue dans l'anthologie du festival Trolls et Légendes début 2013. Enfin, le volume s'achève sur l'habituelle chronologie, complétée pour l'occasion, qui remet un peu de clarté dans l'histoire du personnage en organisant les différents textes (on en est quand même à trois romans et cinq nouvelles désormais, Conan n'a qu'à bien se tenir !) tout en délivrant différentes informations sur les périodes situées entre ces textes.

 

Bref, mais parlons un peu de "Rancoeur", mon neuvième livre publié l'air de rien...

 

 

Cinq années se sont écoulées depuis que Karn a abandonné l'Estybie, le coeur meurtri d'une double déception amoureuse après les événements de "Seuls les Dieux". Il erre alors comme mercenaire solitaire et soldat de fortune, vit des événements qui le bouleversent en profondeur puis se joint aux armées d'Exenia. Pendant la terrible guerre qui oppose ce royaume à celui de Vilamana, Karn brille et gravit les échelons militaires jusqu'à devenir Maréchal, un poste qui jamais auparavant n'avait été tenu par un étranger non issu de la noblesse exeniane. Tout semble lui sourire jusqu'au jour où le royaume entier se retourne brusquement contre sa personne, l'accusant d'avoir attenté aux jours de la reine, et oubliant brusquement tous les faits d'arme et les services rendus pour le traquer comme un vulgaire animal.

 

C'est sur ces derniers événements que s'ouvre "Rancoeur", un roman bien plus sombre et violent que les deux premiers opus de la série. Face à l'adversité, le premier réflexe de Karn est de s’enfuir, comme il l’a fait durant toute sa vie auparavant : fuir pour survivre, abandonner causes et investissement sans réfléchir, par réflexe, en reniant systématiquement les personnages qu’il a un temps voulu devenir. Mais cette fois, Karn va aller à l’encontre de ce vieux réflexe qui a dirigé l’ensemble de sa vie : la rage qui bout en lui est telle qu'elle le transforme, fait ressurgir ses plus mauvais côtés et l'amène, seul, à entrer en guerre contre un royaume tout entier. Après les mers de "Nereliath" et les steppes de "Seuls les Dieux", l'intrigue prend ici intégralement place dans une cité pourrie par la civilisation, qui incarne le royaume contre lequel Karn se lance corps et âme. Ajoutez à cela l'hiver pour l'ambiance, une pègre constituée d'une galerie de personnages façon cour des miracles, des égouts, des manipulateurs de tous bords et, bien sûr, des tentacules, et vous aurez une petite idée de ce que vous réserve "Rancoeur".

 

Ecrit durant une période assez particulière de ma vie, ce texte s'est retrouvé nourri de tout un tas de choses pour aboutir à un récit bien plus psychologique que d'habitude et - ce qui n'était pas véritablement prévu à la base - en une belle manière de final pour cette série dont j'ai écrit les premiers fragment à l'âge de 13 ans (jamais publiés, je vous rassure !). A noter pour l'anecdote la forte influence d'un voyage en Roumanie (celui qui donna naissance à "A la poursuite de Dracula") pour nombre de détails du background, autant en matière de relations politiques que de technique d'empalement...

 

En un mot comme en cent : le premier chapitre est lisible ici,  et le livre commandable là.

 

Bonne lecture et bonne rentrée !

 

 

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans Mes bouquins
commenter cet article
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 11:19

Il y a neuf années, à quelques semaines prêt, sortait mon premier roman. Depuis, j'ai eu l'occasion de bosser avec pas mal d'éditeurs, sur des projets divers et variés, avec des contraintes diverses et variées, et des écueils... divers et variés. Mais il est une chose que je n'avais jamais affronté, il s'agit d'un éditeur mettant la clef sous la porte ; et ce n'est guère amusant.

 

C'est ce qui est arrivé récemment à Lokomodo/Asgard, dont le catalogue comportait plusieurs de mes romans et, surtout, qui s'apprêtait à publier le troisième volet des Chroniques de Karn. Même si je sentais le vent tourner depuis le début de l'année, ce n'est qu'à la fin juin que j'eus la confirmation de cette nouvelle et désagréable problématique.

 

J'ai donc consacré mon mois de juillet à des tâches imprévues : récupérer l'ensemble de mes droits sur les livres concernés (done), récupérer l'autorisation d'utiliser la couverture (done également), et trouver un éditeur acceptant de reprendre mon dernier roman (re-done). Ce dernier objectif n'était pas gagné d'avance puisqu'il s'agissait de publier le troisième volet d'une série, et ce d'autant plus que mon but était une publication relativement rapide (parce qu'il s'agit d'un roman assez personnel et que je ressens un besoin viscéral de le voir publier afin de passer sereinement à autre chose, pour ne pas faire attendre plus les lecteurs qui veulent poursuivre les Chroniques de Karn dont le dernier volet remonte déjà à deux ans, et parce qu'il s'agit très certainement de mon dernier roman de fantasy avant un bon moment - mes projets actuels s'éloignant diamétralement du genre, je vous en reparlerai - et que j'ai grand hâte de tourner cette page).

 

Quel éditeur était capable de m'offrir tout cela ? Eh bien... Rivière Blanche, évidemment ! Et c'est objectivement avec un très grand plaisir que j'ai repris contact avec l'inénarrable Philippe Ward (qui m'a répondu positivement passé un délai de quelques minutes) et que nous avons travaillé à cette publication comme il y a une demi-douzaine d'années : de manière efficace, carrée, rapide et, surtout, dans la joie et la bonne humeur.

 

Bref et donc, je peux désormais vous annoncer la publication prochaine de "Rancoeur", troisième volet des Chroniques de Karn, mon roman le plus sombre, probablement le plus personnel aussi, et une manière de finale aux trépidentes aventures de ce cher Karn.

 

Rendez-vous en septembre donc et, pour patienter, voici en cadeau la couverture créée par YoZ (très certainement l'une des plus réussie, et proche du texte, dont un de mes romans a pu bénéficier jusqu'ici) :

 

 

rancoeur---blog.jpg

 

Oui : Karn n'est pas content, et avouons que les choses ne vont pas pour le mieux à son endroit...

 

Rendez-vous à la rentrée pour en savoir plus.

 

En attendant, de joyeuses vacances à ceux qui en profitent encore !

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans News
commenter cet article
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 08:19

Croyez-le ou pas : récemment je me suis adonné à un peu de rangement et de ménage, chez moi, si si... Et ce faisant, j'ai remis la main sur tout un tas de courier non ouvert parmi lequel des factures (en retard du coup, forcément), les impots, des faire-parts de naissance, et un relevé de droits d'auteur contenant tout un tas de chiffre de vente absolument mirifiques.

 

En conséquence, j'en ai profité pour intégrer ces chiffres à la magnifique feuille de calcul où j'archive ces choses là, ai mis en place de nouvelles formules stupéfiantes (genre "ça" + "ça", ça fait combien ?), et ai découvert de nouveaux chiffres dont je ne pouvais décemment pas ne pas vous faire profiter :

 

3811 :

C'est le nombre de mes bouquins à avoir été vendus, en tout et pour tout (hormis les anthologies où sont apparues certaines de mes nouvelles) et depuis l'origine de mon activité. So impressive, n'est-ce pas ?

 

69 :

C'est le nombre de ventes en format numérique, soit 1,8% du total sus-cité. D'ailleurs, si vous aussi vous voulez participer à ce phénoménal essor de l'e-book en France, je ne saurais trop vous conseiller  ce joli recueil (pas cher et fourni) où apparaît un bon panel des genres que j'aime à traiter dans l'écriture.

 

28 :

Flippant : c'est le nombre d'arbres qui ont été nécessaires pour fabriquer ces bouquins. Dès que j'ai un peu de sous, je prends contact avec un des organismes ayant signé la Charte de l'Ademe pour proposer une compensation carbone à hauteur de cela afin de financer des projets de développement durable (une fois n'est pas coutume : je suis sérieux).

 

18,5% :

C'est ce que représentent mes droits d'auteur secs (l'argent directement issu de la vente des livres) par rapport à l'ensemble de mes revenus liés à l'écriture...

 

Sur ce, amis des statistiques les plus inutiles, passion, joie et sourires : un beau week-end à vous !

 

Bouquins-blog

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans Billets d'humeur
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 14:29

« Les électeurs sont des cons » était la phrase finale du petit texte que j’avais rédigé suite à l’appel de Catherine Dufour et Alain Damasio, lors de l’entre deux tours des présidentielles 2007 (des textes de prospections vaguement politiques par la suite rassemblés dans ce recueil). A l’époque, des potes m’avaient dit : « Rhâ Simon, c’est pas bien de dire ça, il ne faut pas ». Alors certes : les politiciens ont beau le penser fortement, si l’un d’entre eux ouvre sa campagne ainsi, il est mort.

 

Mais moi je m’en fous, je ne suis pas politicien.

 

Bref.

 

Récemment, il y a eu les élections municipales, les élections les plus importantes et concrètes de la vie politique française. On y élit des gens qui, par leurs choix et leurs décisions, vont directement impacter notre vie de tous les jours : quels aménagements sur le territoire de la commune, quels projets en local, etc. Je connais plein de dépités de la politique qui ne votent qu’à ces élections, tout simplement parce que leurs conséquences sont les plus tangibles. Et qu’ont fait les Français, à ces élections municipales ? Ils nous ont fait un gros vote anti-Hollande ; ils ont (encore une fois) confondu l'urne avec le trône. Alors ok, je ne suis pas du tout un fan de Hollande mais, bon, what the fuck, putain ? Quel est le rapport ? Et pourquoi pas sanctionner la crise aussi, tant qu'à faire dans l'inutile et le déplacé ? Certes Hollande n’a pas été très content, mais juste parce que des copains à lui ont perdu des postes et les sous qui vont avec, le reste il s’en cogne (et il a bien raison). Les électeurs, sur ce coup là, ont mis de côté tous les programmes, tous les projets sur le point d'envahir leur quotidien, juste pour dire « Moi pas content ». En voulant sanctionner une politique nationale dans une élection dont ce n’est pas le sujet, ils se sont sanctionnés eux-mêmes ; et je trouve ça fascinant. Sur le moment, un grand penseur que je ne citerai pas à ainsi résumer la situation : « Je ne suis pas content alors j’offre les clefs de ma ville à un gros con. »

 

C’est ça.

 

Et, malheureusement, ça confirme une nouvelle fois ma petite vanne de 2007.

 

Et puis maintenant, c’est le tour des élections européennes et, autour de moi, j’entends les gens dire qu’ils n’iront pas voter (ou probablement pas). What the fuck (again) ? Après les municipales, les élections européennes sont les plus importantes de notre vie politique. Ben oui les gars : depuis qu’on a ratifié tous les traités à la con, les trois-quarts des lois que tentent de voter nos députés sont soumises aux décisions prises en amont par le parlement européen. Du coup, si vous voulez que les choses aillent dans le bon sens en France, il faut auparavant qu’elles aillent dans le bon sens en Europe. Ces élections là sont donc plus importantes que nos législatives (et je ne parle pas des présidentielles - ha ha, ho ho, hi hi - qui ressemblent plus à un vote pour éjecter un candidat de téléréalité qu’à autre chose) mais, curieusement, présentent l'un des plus fort potentiel d'abstentionnistes... Parmi ceux-ci, deux grandes familles me fascinent :

 

  • Le rebelle 

Le rebelle, c’est ce mec qui, dans une discussion sur le sujet va te lâcher « Oh, moi, je n’irai probablement pas voter, on verra bien comment je serai ce jour là. C’est mon côté rebelle ». Avec un petit regard pétillant en fin de phrase.

 

Il y a une chose avec laquelle je suis d’accord dans ce discours : oui, le rebelle ne va pas voter ; en effet. Mais le rebelle, le vrai rebelle (et je m’excuse par avance de briser les rêves adolescents de ces rebelles du vote), il rassemble ces potes, il débarque à l’assemblée, il ligote l’ensemble des députés, en guillotine la moitié puis explique à ceux qui restent que le monde va changer très beaucoup et très vite. Ca, c’est un rebelle. Rien à voir avec le mec qui, à 17h30 le jour fatidique, se dit qu’il va finalement se refaire une vidéo Youporn plutôt que de bouger son cul jusqu’au bureau de vote.

 

  • Le nihiliste

Le niliste, c’est ce mec qui, dans une discussion sur le sujet va te lâcher « Oh, moi, je n’irai pas voter, ça ne sert à rien ». Avec le regard blasé du mec qui a tout vu, tout connu.

 

Je ne suis pas très vieux, mais j’ai quand même vécu pas mal de choses, comme tout le monde. Et il y a un truc dont je me suis rendu compte : dans la vie, il existe finalement très peu de choses qui ne servent vraiment à rien. Passer une journée à glander dans son canapé, en fumant des pétards, en avalant des Koenigsbiers et en regardant le mur, on pourrait croire que ça ne sert à rien, mais pas vraiment en fait : ça détend, donc ce n’est pas forcément si inutile que ça (qu’on soit clair : je ne vous encourage pas à pratiquer sept jours sur sept…). Par contre il existe une chose qui ne sert vraiment à rien, et c’est prouvé à 2000% : c'est de ne pas voter. Oui, CA, ça ne sert absolument à rien (et c’est rare, dans la vie). Il n’y a aucune contestation dans le fait de ne pas voter, non plus que la moindre revendication, image ou signal fort et autres conneries. Quand on ne vote pas (et c'est assez fou), rien ne se produit, rien ne bouge, rien ne change, rien, ni dans votre vie, ni dans celles des autres, ni dans le monde, vraiment, rien. Quand vous n’allez pas voter, soyons clair, tout le monde s’en cogne.

 

Juste un truc : quand vous ne votez pas, vous donnez plus de poids au bulletin des gens qui vont voter, et comme la plupart d’entre eux sont cons, je vous laisse conclure l’impact réel de votre abstention…

 

Parlement-europeen-vide.jpg

 

A part ça je voulais vous parler des élections européennes à la base. Chaque type de scrutin induit une manière de voter différente, quelques petits rappels fonctionnels, du coup :

 

1 seul tour : ça veut dire qu'on vote et que le soir même sont désignés ceux qui vont prendre leurs fonctions au parlement européen pour les six prochaines années.

 

Scrutin proportionnel de liste : ça veut dire que les sièges sont répartis entre les partis SAUF QUE il faut avoir au moins 5% des voix pour prétendre à un siège.Par exemple, sur les 23 listes qui se présentent (23 ! What the fuck, putain ?), à priori seules 6 d’entre elles auront véritablement des sièges au parlement…

 

A part ça, je ne vais pas vous dire pour qui voter, hein, vous êtes grands et ce n’est pas le sujet de ce billet. Mais juste un truc : le FN. Y’a vraiment autant de gens que ça, en France, qui veulent envoyer au parlement européen des membres d’un parti qui ne veut pas de l’Europe, dont les députés européens n’ont jamais siégé ou presque, et dont le programme se résume à "Vous n'êtes pas contents ? Ca tombe bien : nous non plus" ? Non sérieux, je comprends qu’on soit dégouté par l’UMP et le PS, mais... le FN ? C'est vraiment ça la solution envisagée par une grande partie de mes concitoyens ?

 

Ben merde alors, je crois que j’avais raison depuis le début en fait : les électeurs sont des cons.

 

PS (oups !) : Quand j’en ai marre de tout ça, je vais passer un moment avec ma copine Germaine et on regarde les débats des sénatoriales : comme ils ne sont pas élus au suffrage direct, ils sont obligés de tenir des discours intelligents.

 

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans Billets d'humeur
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 17:39

Il y a quelques temps, je vous entretenais de ce sémillant projet de spectacle musical adaptant - à mi-chemin entre la bande-son et le poème symphonique - mon roman "L'emprise des rêves". En voici aujourd'hui un extrait vidéo - "Suleyman's dream" (chapitres 25 et 27 du roman) - pour renouer avec le plaisir de ce moment pour ceux qui y étaient, et pour donner envie à ceux qui l'ont (lamentablement) loupé :

 

 

 
Remarque : je jouais dans l'orchestre, j'offre un exemplaire de "L'emprise des rêves" à celui qui me trouve !

 

Pour ceux que les textes intéressent, voici la page consacrée du livret qui était gracieusement distribué aux spectateurs pour l'occasion (cliquez sur l'image si vous n'avez pas de bons yeux) :
Suleyman-Dream-copie-1.jpg
D'autres dates sont déjà prévues alors... au plaisir de vous y voir !
Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans Textes cadeau
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 12:28

SuleymanSymphonicSuite-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

Oyez oyez !

 

 

Aujourd'hui je ne vais pas réellement vous parler de bouquin, mais d'un projet dérivé pour le moins enthousiasmant : Suleyman's Symphonic Suite.

 

 

Si vous êtes des habitués du Sanahultivers, vous savez que je ne fais pas qu'écrire des romans et que j'adore essayer tout un tas de choses différentes plus ou moins en lien avec l'écriture. Parmi celles-ci, il y a les textes que j'écris depuis quelques années, principalement pour Milamarina, une formation d'électro-pop qui commence à faire parler d'elle. Parmi les chansons que je leur ai écrites, il y a eu plusieurs textes qui, à la demande de leur talentueuse harpiste/chanteuse, sont tirés de "L'emprise des rêves". Comme "Suleyman's Dream" par exemple, qui reprend le passage où Zoé voyage dans l'un des rêves du héros (chapitres 25 et 27 pour les plus fainéants d'entre vous) :

 

 


 

Pour en revenir à Suleyman's Symphonic Suite, il s'agira cette fois d'un spectacle entièrement consacré, via de nouveaux textes venus s'ajouter aux anciens, à l'histoire de "L'emprise des rêves". Et pourquoi Symphonic Suite me demanderez-vous ? Eh bien tout simplement parce que le groupe Milamarina sera accompagné pour l'occasion par un orchestre symphonique ainsi qu'un choeur, rien moins que ça ! Au final, il s'agira concrètement d'une illustration musciale de près d'une heure reprenant toutes les thématiques, les personnages et les moments clefs du roman.

 

Et ça, je vous l'avoue en toute franchise : c'est le genre de projet que je kiffe grave, sa race, de sa mère.

 

Passons aux informations maintenant :

 

* Le (premier) concert :

Dimanche 9 février 2014 à 18h

La Cartonnerie (84 rue du docteur Lemoine à Reims)

Avec le projet Cyclops de Julien Ribot

 

* La page Facebook de l'événement

 

* La page Facebook de Milamarina (que vous pouvez liker les yeux fermés)

 

* Pour acheter sa place (il n'y en a que 500 et il parait que ça part comme des petits pains...)

 

* L'info collector : à l'entrée seront remis à chaque spectateur de jolis livrets façon opéra, avec tous les textes, les infos, des illustrations inédites etc. Sûr que ça vaudra une fortune dans quelques décennies...

 

* Et last but not least : je ressors mon trombone pour l'occasion (si si, et oui : comme Suleyman sur U19)

 

Au plaisir de vous y voir !

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans News
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 10:50

Une bonne année 2014 à vous !

 

Voilà, c'est dit.

 

Bref.

 

La bonne nouvelle de 2013 (entre moult autres), c'est que j'ai été sélectionné pour effectuer une résidence d'écrivain à Brive la Gaillarde. J'y suis actuellement et nul doute que je vous reparlerai de cette expérience d'écriture h24 d'ici peu, la première (d'une longue série j'espère) en ce qui me concerne.

 

Un peu de promo locale d'ici là :

 

Le joli petit article paru dans Brivemag' le mois dernier pour commencer, un retour très complet sur ce que j'ai déjà fait et un papier qui, en prime, dévoile quelques informations dont je n'avais pas parler officiellement jusqu'à maintenant.

 

Et puis - "long story short" comme ils disent de l'autre côté de la Manche ou de l'Atlantique - je me permets de coller ici le matériel com' de la ville concernant expositions et rencontres, vu que toutes les informations importantes s'y trouvent rassemblées de manière claire et concise :

 

CARTE-SANAHUJAS.jpg

 

Et quelques photos de tout ça, en bonus et en vrac :

 

Bureau-Brive-01.jpg

 

Panneaux-Rancoeur---Mediatheque-de-Brive.jpg

 

Dracula---Brive-01.jpg

 

Dracula---Brive-02.jpg

 

Une résidence d'écrivain qu'est-ce donc, me demanderez vous peut-être ?

 

Eh bien une occasion en or pour ne faire qu'écrire.

 

Et du coup que va-t-il faire le Sanahu, me demanderez vous peut-être également ?

 

Eh bien il attaque un nouveau roman pardi ! Quelle manière de mieux commencer une année ?

 

Premières pages rédigées ce matin...

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans News
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 19:19

Sans-titre-1.jpg"Le Marchand de réalités"

Editions ActuSF

Novembre 2013

E-pub/pdf sans DRM, 52 pages

Couverture de Patrice Sanahujas

2,99€

 

"Le Marchand de réalités" rassemble quatre textes publiés entre 2007 et 2013, ainsi qu'une nouvelle inédite, un mélange de fantastique, de fantasy, de presque science-fiction et de science-fantasy. Cette publication m'enchante tout particulièrement car, outre être mon premier recueil de nouvelles, il s'agit d'une édition exclusivement numérique dont l'idée m'a été proposée par les adorables gens qui se cachent derrière le site  ActuSF (qu'il me soit permis au passage de préciser que leur contrat est tout à fait stupéfiant car parfaitement honnête...). Personnellement, je n'ai pas franchi le pas du numérique au niveau de la lecture : tel un indécrottable arriéré, je demeure pour l'instant attaché à l'objet livre, les différentes textures de papier, les différentes odeurs de colle, ces bons vieux marques-pages etc. Cela dit, je vois parfaitement les multiples avantages que compte ce support, notamment au niveau des prix et de la souplesse d'utilisation. C'est d'ailleurs cela qui m'a convaincu de signer ce contrat, lorsque Jérôme Vincent me l'a proposé en début d'année : la possibilité de proposer une sélection de mes textes à un prix extrêmement modique. En effet, sur les salons ou sur le net, je croise régulièrement des gens qui me connaissent, savent ce que je fais, mais n'ont jamais lu un de mes bouquins. Souvent c'est pour une question de temps, parfois de prix aussi, deux facteurs qui n'ont désormais plus lieu d'être ! Cerise sur le gâteau, nous étudions encore l'idée de proposer par la suite les textes à l'unité, pour moins d'un euro pièce, je vous tiendrai informés le cas échéant...

 

Une petite précision pour finir : chacun des textes a été revu et corrigé pour l'occasion, tandis que "L'empereur Saint-Nicolas" propose une version longue refusée lors de sa première publication pour cause de place.

 

Trève de bavardages : au sommaire de ce recueil de nouvelles (cliquez sur les liens pour en savoir plus sur chaucn des textes), vous trouverez :

 

* Une préface de l'ami Philippe Ward (merci mon vieux pote !)

* "L'empereur Saint-Nicolas"

* "L'ère humaine"

* "Avec la vie vient l'oubli" (l'inédit du recueil, un texte entre fantastique et science-fiction qui aborde la thématique de l'immortalité d'un point de vue plutôt curieux)

* "Les tambours de Dark Valley"

* "Le Marchand de réalités"

* Une longue interview pour clore le recueil (où j'évoque mes influences, ma façon de travailler et une bonne partie de mes futurs projets)

 

Pour finir, un grand merci aux éditions ActuSF qui proposent des contrats véritablement honnêtes à leurs auteurs. Si vous voulez les soutenir, préférez acquérir la chose directement sur leur site, d'un simple clic ici (et profitez-en donc pour jeter un oeil au reste de leur catalogue, vous y trouverez de jolies petites pépites...).

 

Bonne(s) lecture(s) !

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans Mes bouquins
commenter cet article
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 07:45

Oyez, oyez !

 

Avec les copains du collectif Bronca, nous investissons ce week-end la chapelle du Travexin à Cornimont, dans le Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges (pas très loin d'Epinal d'ailleurs, ce qui comblera peut-être un peu le fait que je n'ai pu m'y rendre cette année...). Outre une partie des expositions Tarzan et Dracula, issues des Voyages Imaginaires, ce sera l'occasion de découvrir les toiles de lignes et distorsions de Charles Neubach , ainsi que de s'immerger dans la zone contaminée de Tchernobyl en découvrant les travaux photographiques de Brice Maire. Ce sera également l'occasion de discuter avec nous puisque nous serons sur place durant toute la durée d'une exposition qui s'annonce curieusement protéiforme.

 

Concrètement :

 

Du vendredi 28 au dimanche 30 juin, de 14h à 19h, à la chapelle de Travexin (route de Ventron, 88 310 Cornimont).

 

Au plaisir de vous y voir !

 

Ah et puis tant que je suis dans la news, ces derniers temps il y a eu cette interview sur le site de Psychovision ainsi qu'une chronique de "L'emprise des rêves" là, livre dont Sally a aussi parlé rapidement mais en très jolis termes dans cette émission de Rêves et cris (vers la 19è minute).

 

992864 381370525300200 746875137 n

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans News
commenter cet article