Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi Ce Blog ?

  • : Sanahultivers
  • Sanahultivers
  • : Les infos sur mon activité d'écrivain, ma façon de bosser (pas forcément un exemple à suivre), les trucs qui m'énervent, ceux qui me font plaisir, mes humeurs etc.
  • Contact

'tain, C'est Où ?

Me contacter ?

Facile : il vous suffit de remplacer l'onomatopée aléatoire par le bon signe typographique :

sanahujas19(splotch !)yahoo.fr

Archives

Twitter

Pour suivre mon actu via twitter, c'est ici que ça se passe.

5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 15:53
Je ne peux résister à communiquer ce lien que m'a transmis l'ami Lucas Moreno d'Utopod (entre autres). Du coup, il me faut ouvrir encore une nouvelle catégorie. J'espère qu'on ne s'y perdra pas trop mais, en même temps, le fait de transmettre les conseils des pros me paraît trouver judicieusement sa place ici.

Lorsque je lis les conseils d'écriture des auteurs "professionnels", je trouve que cela relève souvent du foutage de gueule (évasif, tournant autour de la question sans y répondre, blablatisant au possible etc.). C'est comme s'ils rechignaient à livrer leurs techniques, de peur qu'ainsi armée une foule d'auteurs en herbe ne les surpassent... La technique ne fait pas tout, ça serait trop facile ; et on n'a jamais vu un peintre cherchant à dissimuler ses techniques mais bon.

Dans le lien que je vous propose donc, Neil Gaiman évoque avec brio l'enfer de la rédaction lorsque celle-ci parvient peu ou prou au milieu du roman, ce moment particulier où l'euphorie du début s'estompe, où l'excitation de la fin approchante n'est pas encore apparue, cet instant où on se demande parfois si le texte ne nous échappe pas, si on ne va pas s'y noyer. Alors, certes, Neil Gaiman ne vous apprendra pas ici comment devenir un auteur à succès, mais au moins, si vous vous trouvez dans ce cas précis, le fait d'apprendre que cela arrive à tout le monde, même aux meilleurs, devrait vous permettre de ne pas perdre espoir.

Bref, c'est ici et c'est en anglais. Je l'aurais bien traduit mais cela aurait demandé un temps dont je ne dispose malheureusement pas...

Partager cet article

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans La parole aux maîtres
commenter cet article

commentaires

Don Lo 27/04/2010 18:26


Quand on arrive au "milieu" et qu'on se pose des questions, la seule bonne réponse c'est celle du sergent du sapeur Camembert : "Bougre d'andouille, vous auriez commencé par l'autre bout vous
auriez déjà fini !"


charlotte 27/04/2010 17:28


c'est exactement ça: p... de s... de milieu de roman.


Lucas Moreno 05/11/2009 18:02


Merci pour ce link, Simon : excellente initiative !

Au sujet de la réticence de certains auteurs professionnels à livrer des détails concernant leurs procédés d'écriture, je dirais que c'est quelque chose de plus courant dans le domaine francophone
qu'anglo-saxon. Et encore : à vrai dire je remarque que les notions de critique constructive, d'atelier d'écriture, de groupe de béta-lecteurs et d'échanges dynamiques autour de la question de
l'acte d'écriture en tant qu'artisanat sont dorénavant plutôt courantes dans l'univers des écrivains francophones. Ton blog, superbe initiative, est là pour le prouver !

Cela dit, j'admets qu'un certain romantisme colle à la peau des lettres françaises... Pour une raison que j'ignore, la perspective s'apprendrait en dessin, l'harmonie en musique, le phrasé et la
respiration en théâtre, le cadrage et la lumière en cinéma, etc., mais l'écriture, elle, serait une science innée, un art suprême dont seuls certains élus seraient investis. C'est bien entendu
totalement faux ! L'art de raconter une bonne histoire s'apprend à autant juste titre que celui de faire un bon solo de jazz à la trompette. Je ne dis pas qu'on apprend à devenir un génie, ni qu'on
développe son propre talent en se bornant à copier les autres, mais je pense qu'il faut se constituer une bonne caisse à outils où puiser des ressources lorsqu'on aspire à devenir un écrivain de
fictions qui tiennent la route. On peut le faire seul ou en équipe. Pour ma part, je trouve que la deuxième solution est plus sympa, plus efficace et plus rapide.

L’existence d’un atelier d’écriture professionnel comme le Clarion Workshop, dont sont sortis les plus grands noms de la SF anglo-saxonne actuelle, prouve que l’idée est totalement passée dans les
mœurs chez les Américains, les Anglais et les Australiens. Un des plus grands nouvellistes actuels du genre, Ted Chiang, sort justement de là-bas. Mais je pourrais donner une liste de dizaines
d’auteurs de cette trempe qui ont fréquenté les ateliers Clarion. Ce ne sont en aucun cas de cours ex cathedra, mais bien plutôt des tables rondes de critiques où le travail de l’auteur se fait en
amont : ce n’est qu’une fois la nouvelle ou le chapitre de roman rédigé que les commentateurs passent à l’action. Plus d’infos sur le site de Clarion.

À ceux qui seraient intéressés par la question des techniques d’écriture, je conseille deux podcasts excellentissimes : « Writing Excuses » et « I Should Be Writing », de véritables mines d’or pour
tous les apprentis écrivains, qu’ils soient débutants ou déjà très avancés ! Il s’agit d’émissions audio disponibles gratuitement sur la Toile dont le but est de démystifier l’acte d’écriture et
d’apporter des idées et des suggestions TRES concrètes par rapport à notre activité d’écrivains. Les animateurs de ces podcasts sont tous des auteurs professionnels ayant abondamment publié. Il y a
aussi deux livres que j’aime particulièrement : _On Writing_, de Stephen King, ainsi que _Storyteller_, de Kate Wilhelm. Et des dizaines d’autres livres, textes, articles, ateliers, initiatives et
listes disponibles sur la Toile.

Si quelqu’un est intéressé par le sujet, Simon pourra facilement nous mettre en contact.

Bon, ben au lieu de faire des tartines, justement, je ferais bien de… me remettre au boulot, tiens. :-)

Merci et bravo encore pour ce lien, Simon !