Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Quoi Ce Blog ?

  • : Sanahultivers
  • Sanahultivers
  • : Les infos sur mon activité d'écrivain, ma façon de bosser (pas forcément un exemple à suivre), les trucs qui m'énervent, ceux qui me font plaisir, mes humeurs etc.
  • Contact

'tain, C'est Où ?

Me contacter ?

Facile : il vous suffit de remplacer l'onomatopée aléatoire par le bon signe typographique :

sanahujas19(splotch !)yahoo.fr

Archives

Twitter

Pour suivre mon actu via twitter, c'est ici que ça se passe.

9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 20:07
Pour ce second volet, j'ai décidé de rentrer dans le vif du sujet en m'attaquant à la création des personnages. Coton me direz-vous ? Et vous avez bien raison. C'est simple, je crois n'avoir jamais véritablement apprécié une histoire dont je ne jugeais pas les personnages attachant ou, plus simplement, intéressant. A mon sens, il s'agit de l'un des points les plus importants du roman, et il me semble extrêmement périlleux de débuter la rédaction d'un texte sans avoir en tête une idée précise de ses acteurs. C'est également cela qui me pousse à aborder ce sujet parmi les premiers.

Rappel : Comme d'habitude, je vais vous parler de ma manière de voir les choses. Ça n'est pas la seule, et certainement pas la meilleure. A vous de juger...

Pour les personnages, je me constitue tout bêtement des fiches. Pas des feuilles de JdR, on s'entend bien, savoir que tel personnage est capable d'utiliser une épée large avec un facteur d'attaque de +42 n'est absolument pas primordiale. Je commence donc par une série de renseignements factuels comme l'âge, la taille (de manière précise, ça ne coûte rien et elle influe énormément sur la manière qu'ont les personnages de s'appréhender entre eux : le ressenti n'est pas le même lorsque quelqu'un parle à une personne de quelques centimètres de plus/de moins, ou de trente centimètres de plus/de moins), l'origine (nationalité, ville, royaume...), couleur de cheveux, d'yeux et de peau (quand on se lance dans un roman, c'est très pratique pour ne pas faire d'erreurs bêtes, surtout quand il s'agit de personnages secondaires).

Après cela, je renseigne quatre points de manière plus ample : l'apparence (gros, sec, athlétique, mains calleuses, nez cassé, cicatrices, strabisme, vêtements etc...), l'histoire (le background en somme, quel a été son parcours avant le temps du texte), les buts (que recherche ce personnage en général et que recherche-t-il précisément dans l'action du texte ?) et enfin sa psychologie (quels sont ses problèmes, ses peurs, ses tics, son attitude à l'égard des gens et des choses etc.).

Maintenant, passons aux choses sérieuses : si vous avez répondu à toutes ces informations, considérez que vous n'avez à peu près rien fait. Toute la subtilité de la construction du personnage provient de la logique qui va relier toutes ces informations entre elles. Votre personnage a la peau matte ? Super ! Est-ce quelqu'un qui passe son temps à se faire dorer la pilule au soleil, travaille-t-il constamment en extérieur, fait-il des UVs ou est-ce génétique ? Cet exemple s'applique à toutes les informations qui constituent le personnage. Il faut s'attacher à pouvoir répondre à la question du pourquoi, et que ce pourquoi demeure logique. Votre personnage possède un physique athlétique ? Très bien mais d'où lui vient-il ? Est-ce un travailleur manuel, un sportif ou un adepte du banc de muscu ? La réponse à cette question vous renseignera quant au type de musculature de votre personnage et également sur une partie de sa psychologie. S'il pratique intensément la musculation, quel est le but de la manoeuvre ? Pourquoi fait-il ça ? Parce qu'il a peur ? Pour plaire aux filles ? Parce qu'il vient de passer la quarantaine et regrette le corps de ses 20 ans ?

Je viens de prendre des exemples physiques à chaque fois mais tout cela s'adapte de la même manière à la psychologie et aux valeurs de votre personnage. S'il vote communiste, il vous faut pouvoir expliquer le cheminement qui le mène à cet acte. Vote-t-il comme ses parents ? S'agit-il d'un utopiste convaincu ? Y a-t-il eu un événement ou une suite d'événements dans sa vie qui l'ont poussé à ce positionnement politique précis ? Agit-il ainsi pour adhérer à une cause ou pour s'élever contre une autre ? Etc.

Je ne vais pas répéter mille et un exemples. Retenez juste ceci : une accumulation de détails aussi complexe et riche soit-elle ne suffira jamais à camper un personnage. En 2006, lors du festival des Utopiales, j'ai eu l'occasion de réaliser une interview de Kirsten J. Bishop ("Aquaforte"). Dans son roman, elle mettait en scène toute une galerie de personnages fort crédibles et, lorsque je lui ai demandé d'où lui venaient ces entités, voici ce qu'elle m'a répondu :

"Ils me semblent venir du néant. Mais, au-delà de ça, quand je regarde l'image qui m'apparaît d'eux, je suis capable de voir d'où ils viennent, ce qu'ils sont, de retracer la généalogie des inspirations qui les ont fait naître. Je vois une figure dans mon esprit et alors je me dis : qui es-tu ? D'où viens-tu ? Par exemple, je ne me dis pas : j'ai besoin d'un pistolero, ok, construisons un pistolero. Pour moi, ça ne fonctionne pas comme ça. Je vois une personne, dans un décor - c'est très important - et après je m'en sers en fonction des besoins de mon histoire."

Pour ceux que cela intéresserait, le reste de l'entretien est au sommaire du Faeries n°24.

Ce que je trouve remarquablement intéressant dans les propos de Kirsten, c'est cette idée de non-création justement. Elle voit un personnage puis, ensuite, cherche à comprendre qui il est et pourquoi. On a véritablement l'impression que son travail est moins celui d'un écrivain que celui d'un chercheur qui tente de comprendre cette image, ses motivations et sa façon de penser. A mon avis, nous sommes ici pas loin de la clef.

Lorsqu'on réussie à disposer de ce genre de personnages avec une logique propre et même, par certains aspects, une sorte d'indépendance, et bien c'est le top. Toutes leurs actions deviennent crédibles et, finalement, on a presque plus qu'à les suivre. Quand j'écris aujourd'hui, il m'arrive de plus en plus régulièrement de voir une scène se modifier par rapport à mon canevas, à cause des personnages qu'elle comprend. Par exemple : j'ai dans mon synopsis une scène dans laquelle deux personnages doivent discuter, échanger telles ou telles informations et aborder tels ou tels sujets (je reviendrai dans un autre article sur cette histoire de synopsis, of course). Équipé de mon fidèle stylo (cf. Stylo versus ordinateur) je me jette dans la scène. Je trouve une amorce au dialogue, l'échange commence et se dirige petit à petit vers les informations que j'avais prévu de caser à ce moment là puis, soudain, je me rends compte que ces deux personnages ne peuvent aborder ces sujets sans s'engueuler méchamment. Excellent : je les laisse faire et toute la suite de l'histoire s'en trouve modifiée. Je vais devoir rebosser la construction mais, au moins, ces deux là vivent.

Il s'agit d'un sentiment de délitement, quand l'histoire semble nous échapper, vivre d'elle-même, qui est tout à fait jouissif.

Pour résumer tout ça, il me paraît fondamental que les personnages ne soient pas des parodies destinées à coller à l'histoire, mais qu'ils possèdent une personnalité propre, arrêtée et étayée, crédible et logique. Vous devez être capable d'expliquer la raison ou la cause de chacun des multiples détails qui les constituent. Il n'est pas forcément nécessaire que tout ça soit explicité dans votre histoire, au contraire. Si votre personnage est bien fait, cela se sentira au détour de chaque scène et il se mettra à vivre entre les pages...

Bon, lorsque je me relis, je me rends compte que je survole pas mal. Si vous voulez en discuter, n'hésitez pas à recourir aux commentaires !

Note : Pour illustrer cet article, j'ai utilisé quelques croquis de personnages non finalisés - en pleine création justement - issus des carnets de mon père.

Partager cet article

Repost 0
Published by Simon Sanahujas - dans (mes) techniques d'écriture
commenter cet article

commentaires

Sanahu 06/12/2011 08:57

Vaste sujet !
Pour faire court, disons que je ne les choisis jamais au hasard et qu'ils possèdent presque systématiquement un sens caché ou un renvoi à une idée. Et je les construis de manière visuelle et non
sonore, qui ne revêt pour moi que peu d'intérêt (personnellement, j'ai lu le cycle des épées de Leiber sans jamais avoir su comment prononcer Fafhrd ;-).

Cécile brode 05/12/2011 13:18

Bonjour Simon,
Comment fais-tu pour choisir le nom des personnages ?
A bientôt,

Sanahu 20/06/2009 10:46

Il est certain que, dans le cadre d'une nouvelle, tout est plus simple. Généralement, on a très vite une idée globale assez précise et on sait plus facilement où on va. Lorsque j'écris une nouvelle, souvent, je vais me contenter de détailler le personnage central.
Ensuite, le fait de travailler à ses personnages en amont n'interdit évidemment pas qu'ils puissent nous surprendre au cours du texte. C'est juste qu'ils disposeront d'une base plus "solide", laquelle demeure de toutes façons malléable.
Quant au fait de passer par l'ordinateur directement, ça ne permet rien de plus qu'une autre technique. Il m'arrive régulièrement d'ajouter un trait de caractère en cours de route car il va se révéler utile pour une scène, puis de revenir sur le texte antérieur afin, par petites touches, de laisser présager ce détail...

Argentium+Thri'ile 17/06/2009 10:34

Encore une fois, nos méthodes de travail divergent.
Bon, je précise tout de même que mon contexte d'écriture est différent. Je n'écris que des nouvelles et je le fait encore qu'à titre très amateur.
Quant à mes personnages, ils prennent forme au fur et à mesure de l'écriture car j'aime me faire surprendre par mes personnages.
Ma façon de travailler (tout à l'ordinateur, comme nous l'avons discuté précédemment) me permet justement de pouvoir revenir en arrière pour éventuellement apporter des corrections à mon personnage si ce que je viens d'écrire n'est pas en adéquation avec le début du texte.
Il est aussi notable que, dans le domaine de la nouvelle, il est plus facile d'avoir en tête une très bonne mémoire de ce que l'on a déjà écrit et des éventuelles incohérences qui pourraient se glisser.

Sanahu 11/06/2009 15:16

Ca n'est pas trop long et, surtout, c'est intéressant :-). Pis ce qui est bien, c'est que Cat ne semble pas bosser exactement comme moi sur la construction etc., donc il me reste quand même des trucs à dire ;-).
Je rebondis sur la case "liens avec les autres personnages". Je l'utilise, mais pas systématiquement, pas quand ça me semble évident, ce qui est certainement une grosse erreur de ma part. Il me paraît important de clarifier ainsi même les choses qui nous semblent couler de source. Cela permet de jouir d'un recul certainement utile à la transmission dans le cadre du texte.
Je note, content.